La marmotte commune ( Marmotta monax ) est aussi appelée siffleux car elle émet des cris stridents ressemblant à des sifflements, lorsqu’elle est dérangée. Elle fait partie de l’ordre des rongeurs dont la dentition comporte deux paires d’incisives très développées, et de la famille des Sciuridés qui comprend aussi les écureuils. La marmotte vit en général dans les prairies et les champs; pour construire son terrier elle évite les endroits marécageux, préférant un sol bien drainé. Son terrier est composé de nombreuses galeries et tunnels sur plusieurs mètres, excavant du coup, des quantités phénoménales de terre, de sable et de cailloux. La marmotte est diurne et s’active dans un domaine vital assez restreint; de type asocial, celui du mâle peut chevaucher le territoire de quelques femelles mais pas celui d’un autre mâle.

Les prédateurs de la marmotte sont entre autres, le loup, le coyote, le renard et les oiseaux de proies.  Dans un milieu urbain où la prédation est inexistante, la marmotte est devenue une nuisance.

En milieu urbain et agricole, les dégâts provoqués par le creusage du sol peuvent être considérables; les monuments, clôtures et autres installations peuvent s’effondrer mais il peut y avoir aussi des blessures causées par les trous chez les animaux de ferme.

 

MarmotteLa marmotte est herbivore, dévorant le trèfle, les pissenlits, la luzerne et malheureusement nos jardins de légumes et nos jolies plates-bandes de fleurs; à l’occasion elle peut se nourrir de limaces, d’escargots, et de gros insectes comme les sauterelles et les hannetons. L’automne venu, elle s’empiffre de nourriture pour accumuler une couche de graisse suffisante pour l’hibernation; son poids de trois à cinq kilos peut augmenter jusqu’à sept kilos durant cette période. Au printemps, la marmotte va s’accoupler pour donner naissance, après un mois de gestation, à quatre à six petits en moyenne, qui vont se disperser après trois à quatre mois, mais quelques fois peuvent aussi rester jusqu’au prochain printemps.